[ Toutes les pages ]

Champignons en demi-lune protected Préférences

Afficher le menu


Vers la page d'introduction

Cette page, outre une initiation minimum au Règne des champignons, vous donne des liens vers d'autres types de champignons. Le classement est volontairement intuitif, il ne demande aucune connaissance particulière sur le sujet.


Auricularia mesenterica - Auriculaire mésentérique - Viltig judasoor

Auriculaire mésentérique Auriculariales - Auriculariacées


Saprophyte des feuillus, on le trouve sur les souches et le bois mort. Très proche de l'oreille de Judas (classée dans les gélatineux), il présente une chaire plus ou moins épaisse, élastique et assez coriace. Son développement lui donne un aspect intuitvement plus proche de celui des polypores ce qui justifie son classement ici. Mais je suis ouverte à tous les avis!

Sa face supérieure est poilue et foncée, sa parie inférieure, fertile, est plus claire, à marge irrégulière, ourlée .

En explorant le web, vous le verrez à différents stades de son dévoloppement et dans des conditions d'humidité différentes. Cela mérite le détour!

Il n'est PAS commestible!



Fomes fomentarius - Amadouvier - Echte tonderzwam

Amadouvier Polyporales - Coriolacées


On les trouve sur les parties mortes d'un arbre (feuillus : bouleaux, aulnes ... )par aillaurs encore vivant.. Il s'infiltre dans l'arbre par une blessure ou par les chicots de branches cassées. L'infection commence dans la partie supérieure de l'arbre et progresse vers le bas. Dès que le champignon s'est infiltré dans un arbre, celui-ci est condamné à terme. Mais comme la croissance du champignon est lente celui-ci a (dans un premier temps) peu d'impact sur la croissance globale de l'arbre. Avec le temps toutefois, le bois de la cime se fragilise et peut casser à la moindre tempête. Ils endommagent, en tombant, les arbres sains avoisinants. Par temps humide durant la saison de croissance, les spores sont disséminées par le vent et propagent la maladie vers d'autres arbres plus éloignés. Le forestier réduira la propagation de la maladie en éliminant les arbres, vivants ou morts atteint par le champignon.

Amadouvier Amadouvier


Amadouvier Amadouvier Jeune, il ressemble à une balle, avec l'âge, il prend la forme d'un sabot de cheval à consistance ligneuse.

Non commestible il a été pourtant fort recherché et récolté.

L'homme a développé des techniques complexes pour s'en faire un allié puissant. Grâce à lui, il est devenu le maître du feu!




Ganoderma sp., cf. Ganoderma australe - Ganoderme (austral?) - Tonderzwamsoort, waarschijnlijk Dikrandtonderzwam

Ganoderme Polyporales - Ganodermatacées


Saprophyte, on le trouve sur troncs et branches mortes de feuillus (chênes, hêtres, tilleuls,..) et, plus rarement sur conifère

On peut le confondre avec le ganoderme d'Europe (qui peut aussi être parasite) et quand il est jeune et pas encore trop épais, avec le ganoderme ...aplani!

De consistance coriace, ce champignon assez rare est non comestibles.

Vieux, il ressemble à un tas de crèpes superposées, souvent couvert des spores de couleur rouille qu'il disperse généreusement.

Connu sous le nom de Linghzi en Chine et Reishi au Japon, on en trouve des traces sur de procelaines datant de 100 B.C. et dans des livres de la même époque où il est qualifié d'"herbe de Dieu", "herbe supérieure", il interresse actuellement les laboratoires et universités.

Ganoderme

On lui reconnait une efficacité certaine dans le traitement de l'insuffisance coronaire, l'hyper et des hypotensions, la tension nerveuse, la névrose, la bronchite chronique, l'hépatite, le cancer, le sida, le diabète...

Pris à titre préventif, une étude a montré qu'il maintient les gens en bonne santé.

En 1971 l'université de Kyoto réussit à cultiver le champignon qui ne se développe que sur des écorces d'arbre dans des conditions très précises. Il est maintenant cultivé dans une dizaine de pays.

Il promettait la vie éternelle aux chinois, le voici élevé à un rang qui lui promet une très longue vie dans la recherche médicale.




Ganoderma lipsiense- Ganoderme aplani- Platte Tonderzwamsoort

Ganoderme aplani Polyporales - Ganodermatacées


Parasite et saprophyte, il se développe principalement sur les feuillus.

Sa détermination ne pose pas de problème, son aspect, sa chair marbrée de blanc, sa face inférieuse d'un blanc pur ... (vous pouvez toujours visualisez le dessous d'un champignon grâce à un petit miroir de poche, inutile de prendre un bain de boue ou de détruire le spécimen observé.

Mais encore, il héberge la larve d'un diptère qui provoque des déformations de l'hyménium ( hyménium (du grec humenion = petite membrane) est un pseudo-tissu fertile tapissant l'intérieur des champignons et donnant naissance aux spores. /wikipedia)


Ganoderme aplani Ganoderme aplani Et en période de sporée, celle-ci recouvre sa face... supérieure! Non, il ne s'agit pas de la sporée d'un individu situé au dessus. La sporée s'accompagne d'un léger échauffement. L'air chaud monte... et entraîne les spores, extrêmement légers, vers le haut. Etonnant non? Vous voyez ici que la feuille morte a reçu sa part de "poudre"

Les individus jeunes ne répondent pas vraiment aux critères de détermination évoqués plus haut!



Laetiporus sulphureus - Polypore soufré - Zwavelzwam

Polypore soufré Polyporales - Coriolacées


Le dessous du champignon, comme chez tous les polypores, présente des tubes et non des lamelles.

De couleur jaune doré à orangé, il n'est pas vraiment discret.

Il pousse en colonies (touffes) sur les troncs des feuillus châtaigniers, hêtres, chênes... (rarement des résineux, mais déjà vu sur des mélèzes. Certaines colonies peuvent atteindre des tailles remarquables et peser plusieurs kilos.

Dans un premier temps, Il parasite l'arbre vivant, profitant de blessures de l'écorce pour s'introduire et attaquer le coeur de l'arbre qui finira par en mourir. Ce qui ne gêne pas notre champignon, qui continue sa vie en saprophyte

Jeune, le polypore soufré possède une chair molle et est commestible (en tout cas si l'on se réfère aux informations venues d'Amérique du Nord ou du Canada où il se nomme "chicken of the woods" (poulet des bois), son goût rappellerait celui du poulet! . Mais il est parfois signalé non comestible ou sans intérêt. Il se durcit en vieillissant et devient ainsi non commestible dans tous les pays.

La photo est floue, mais vous en trouverez de superbes en explorant le web. Moi, j'essaye de retrouver ce bel exemplaire cet été pour vous livrer une photo nette.



Phellinus hippophaecola - Phellin de l'Argousier - Duindoorn vuurzwam

Phellin de l'Argousier Hymenochaetales - Phellinacées


Proche de l' Amadou On le trouve sur les branches de l'argousier.

Nos ancêtres l'utilisaient pour allumer le feu. Les pêcheurs l'utilisaient sur leur bateau pour pouvoir manger chaud.

Mais ce n'est pas si simple: Une étincelle est produite par frottement d'un silex sur de la marcassite, ce qui provoque un point d'incendescence sur l'amadou, ce qui enflamme un produit souffré sur un batonnet! (allumette!).

Mais pour ce faire, l'amadou subit une sérieuse préparation...



Phellin de l'Argousier

Ainsi, le mycologue Persoon (1761-1836) nous donne une description précise de ce procédé : "Voici la manière de préparer l'amadou .... Après avoir exposé l'amadouvier dans un milieu frais ou dans une cave, pour le faire ramollir un peu, on le coupe ensuite par tranches minces ; on rejette la partie par laquelle le champignon adhérait à l'arbre ; on retranche aussi les tuyaux : on bat ces lames sur une pierre unie ou sur un billot de bois avec un marteau de bois ; on les dispose ensuite par lits dans une grande marmite de fer ou un chaudron ; on y verse de l'eau en suffisante quantité pour que le tout surnage, et on ajoute du salpêtre selon la quantité d'amadou : on fait bouillir le tout une demi-heure ou une heure. Après ce temps, on retire ces tranches et on les fait sécher lentement à l'ombre ou dans un lieu médiocrement chaud ; ensuite on recommence à battre ...."


Phellin de l'Argousier




Piptoporus betulinus - Polypore du bouleau -

 Polypore du bouleau Polyporales - Coriolacées


Il est exclusif, ne se trouve que sur le bouleau, mort ou affaibli. Il envahit l'arbre en commençant par le haut.

Son épaisseur peut varier de 3 à 8 cm.

D'abord souple, tendre, blanche, la chair prend avec l'âge une consistance de liège coriace (a été utilisée pour aiguiser certains rasoirs !)

Non toxique, il n'est cependant pas comestible.



Polyporus squamosus - Polypore écailleux - Zadelswam

Polypore écailleux Polyporales - Polyporaceae


Polypore écailleux

Sur un substra horizontal, il se développe de manière circulaire, en "chapeau" sur un gros pied, latéralement il prend la forme d'une demi-lune caractéristique des polyporus.

De 5-60 cm. Il a une et coriace de couleur blanche répandant une forte odeur de farine.

Vivace, on le trouve sur les troncs de feuillus (fruitiers, chênes, frênes, hêtres, lilas, peupliers... ) qu'il parasite jusqu'à les faire périr.

Assez bon comestible sa chair épaisse, élastique, doit être consommée jeune . Plus tard il devient coriace et indigeste. Wikipédia nous apprend qu'il est excellent cuit et conservé dans le vinaigre et peut être séché et réduit en poudre comme condiment.



Trametes versicolor - Polypore de couleur variable - Elfje bankje

Polypore de couleur variable  Polyporales - Coriolacées


Il mesure de 3 à 10 cm, le demi-disque est très fin, et, si le contexte le permet, il se développe en plusieurs couches superposées, imbriquées, en pétales de rose...

Sa surface est veloutée et les lignes de croissance varient du beîge au bleu-violacé-noir (caractéristique de l'espèce et le différenciant du tramète multicolore) en passant par tous les bruns. La marge est fine, lobée, ondulée de couleur très claire. Si vous parcourez le web à la recherche de ses photos, vous serez émerveillés par la palette de tons et que ce champignon développe. Cela ne facilite pas la détermination! (en tout cas pour moi! )

Comme tous les polypores, il n'a pas de lames, ses pores minuscules sont blancs, avant de jaunir.

On le trouve sur bois mort ( hêtres, bouleaux et autres) et... sur les bois de charpente et meubles de jardin non traités!

Il se développe particulièrement bien durant les étés chauds et humides.

Sans être toxique, il ne peut être qualifiée de comestible en raison de sa chair coriace.

Qualité qui lui permet de rester en place pendant parfois des années!

Il n'a donc pas l'air très sympa mais en poursuivant les recherches, sur le site http://www.hongomex.net/fr/trametes.htm j'apprends qu'il est depuis longtemps connu et reconnu par les médecins et pharmaciens...

Il est utilisé comme: - Anti tumoral - Anti viral - Anti bactérien - Anti oxydant

Pour les paresseux de la recherche, je cite l'extrait :


HISTOIRE: Sans aucun doute le champignon médicinal le mieux documenté. Les variétés sauvages de Trametes versicolor montrent une remarquable vitalité en culture. Le médicament commercialisé sous le nom de "krestin" en Asie a son composant le "PSK", à l'origine dérivé de ce champignon. Il a été utilisé comme composant de certains Anti-tumeur, inhibant la croissance des cellules cancéreuses et provoquant une augmentation des défenses naturelles. Des études récentes du New York Medical College suggèrent que les extraits éthyliques du Yun zhi permettent d'améliorer les résultats dans le traitement des cancers de la prostate, en ralentissant la formation de tumeurs. Cette espèce et ses dérivés, ont aussi été utilisés pour traiter une grande variété d'autres cancers tels que le cancer du sein, des poumons et du colon (sarcomes et carcinomes).




Valid XHTML 1.0Strict Valid CSS

AccueilPage précédenteHaut de pagePage suivante