[ Toutes les pages ]

Diptères protected Préférences

Afficher le menu

Asilide

Asilide mâle

Diptère - Asilide


Appelée aussi "mouche à moustache"...

Cette moustache du plus bel effet n'est pas uniquement décorative; L'Asilide est prédatrice, ses proies, d'autres insectes sont parfois aussi grande qu'elle. La moustache protège ses yeux des convulsions de la proie à l'agonie, maintenue par des pattes "épineuses".

Chez le mâle, les yeux ne se touchent pas.

Les larves vivent dans la matière végétale en décomposition et sont aussi (au moins partiellement) carnivores.

Photo : Paul Ziwny



Empidide

Empidide mâle

Diptère


Je n'avais rien remarqué, Mais Paul, a eu l'oeil et le bon! Et un appareil photo performant. Cette petite "mouche" ne mesure qu'un cm de long, ne présente pas de couleurs attirantes et si le dimorphisme sexuel est bien visible sur les photos, au moment où vous repérez l'insecte, il vous est impossible de voir la distance entre ses yeux ou la forme de son abdomen. Ayez donc toujours une boite transparente et une bonne loupe avec vous lorsque vous vous invitez dans la nature.

Surpris au début du mois de mai, Ils se trouvaient en grand nombre sur des fleurs de pissenlit.

Pour des renseignements scientifiques, voyez le Site de A. Ramel . Je vous en fais un résumé ici.

Ce sont des prédateurs de mouches, moucherons et moustiques, ils sont donc piqueurs-suçeurs.

Beaucoup vivent au bord de l'eau ou même de la mer; les espèces vivant au bord de l'eau limitent la population des moustiques. J'en ferais bien l'élevage dans mon jardin!

Le mâle présente des yeux accolés sur le dessus de la tête alors que les yeux de la femelle sont nettement séparés. L'abdomen du mâle se termine par les organes reproducteurs bien visibles.

Le mâle pratique le "don nuptial", offrant un insecte capturé à la femelle élue. Celle-ci peut abandonner le don qui sera récupéré par un autre mâle au profit d'une autre femelle.

Les larves (cylindriques allongées) sont prédatrices de larves de cochenilles, d'Acariens... vivant dans l'humus, le bois décomposé ou même dans l'eau.

Photos : Paul Ziwny


Empidide mâle Empidide femelle Empidide femelle



Mouche de Saint Marc - Rouwvlieg

Mouche de Saint Marc Diptère


8 à 10mm La photo a été prise le 18 avril et mon livre m'apprend que cette mouche se rencontre fréquemment aux environs de la Saint Marc, le 24 avril! Après le 15 mai, vous n'avez pratiquement plus aucune chance de la rencontrer

En vol, ses déplacements sont lourds et lents, elle laisse pendre ses pattes arrières sous elle ce qui lui donne une silhouette très particulière. Quand vous l'aurez rencontrée et identifiée une fois, vous ne l'oublierez plus!

Le mâle est plus petit que la femelle avec une tête ronde et certains lui attribuent des yeux rouges.

Les larves vivent dans l'humus des sols humides et peuvent faire des dégats aux racines si elles sont nombreuses.

Adulte elle se nourrit peu (de pollen). Sa courte vie à l'air libre est vouée à la reproduction. On la retrouve principalement en lisière de bois (ici, le bois Calmeyn)

Là où elle a colonisé un lieu proche d'une rivière, elle constitue, durant la brève période de son apparition, le repas privilégié de la truite. Le pêcheur utilise donc uniquement une imitation de cette mouche pour appâter sa ligne!



Syrphidae

Diptères

Malgré leur couleur, très souvent jaune et noir, les syrphes ne sont pas des abeilles, et ne sont même pas de leur famille!

Les syrphidae font partie de la famille des mouches, les diptères et n'ont que deux ailes alors que les autres insectes ailés sont pourvus de 4 ailes.

Les deux ailes "manquantes" sont en fait atrophiées et ont pris la forme de deux petites massues que l'insecte peut orienter à sa guise. Un mouvement rapide de ces massues permet à l'insecte de changer instantanément de direction.

Si vous voyez un insecte jaune et noir voler en "zig-zag", pas de panique, ce n'est pas une guêpe mais un diptère et il ne vous piquera pas!

Les syrphidae comptent de nombreuses espèces en leur rang.

Si les adultes se nourrissent sur les fleurs, les larves, vers blancs ou jaunâtres, se nourrissent de pucerons, de feuilles ou d'excréments. Ce sont donc généralement des insectes fort utiles (polinisation, lutte contre les pucerons, éboueurs! )

Et si vous voulez tout tout tout savoir sur les syrphidés, allez sur le site de A.Ramel... une référence incontournable.


Eristale opiniâtre - Eristalis pertinax

Syrphidae

Ce syrphe commun se rencontre presque partout de mars à novembre, en particulier près de l'eau sur la verge d'or et les ombellifères.

La larve vit dans les eaux stagnantes. Elle a la forme d'un ver à queue de rat. Cette "queue" est en fait un siphon qui permet à larve de respirer.

L'espèce est détritiphage ce qui la rend précieuse pour nous et pour la terre: les larves vivent dans des eaux chargées, des égouts, des rivières polluées... et se nourrissent des déchets!



Hélophile suspendue - Helophilus pendulus

Syrphe

Elle est visible de mai à octobre, plutôt dans les milieux ouverts et humides.

Les larves semblent apprécier les eaux boueuses et la vase où elles se nourrissent et peuvent respirer grâce à un appendice (siphon)

L'adulte se nourrit de pollen et nectar

L'accouplement a lieu sur les feuilles, la pontes d'oeufs blancs, allongés, alignés, sur une feuille également.

Des photos d'oeufs, de ponte et de larve sont visibles sur Wikipedia

Profiter de cette photo pour admirer la fleur de salicaire commune, plante des lieux ... humides bien sûr!



Syrphe porte plume - Sphaerophoria scripta

Syrphe

Son nom latin signifie "qui porte" (phoros) "une boule" (sphaero-) "écrite" (scripta) : Comme le corps du mâle est étroit, la tête produit l'effet d'une boule.

Mais il doit son nom français au dessin sur l'extrémité de l'abdomen du mâle qui évoque le dessin d'une plume d'écolier.

Ce syrphe migrateur très commun se rencontre sur les fleurs et les feuilles de avril à novembre avec une plus grande abondance en juillet. Il a une préférence pour les fleurs composées jaunes et les ombellifères blanches.

Plusieurs générations apparaissent pendant l'année.

Les larves se développent sur de nombreuses plantes.

Syrphe


Le dimorphisme sexuel est très marqué. Je n'ai pas rencontré la femelle, j'ai donc exploré le web afin de trouver trace d'un plus chanceux que moi. J'ai trouvé cette extraordinaire photo de l'intimité du couple sur ce site

...




Syrphe ceinturé - Episyrphus balteatus

Syrphe

De 8 à 12 mm, elle se trouve d'avril à octobre, dans tous les milieux, du jardin aux forêts de feuillus ou de résineux.

Si les adultes se nourissent de pollen, nectar ou iellat, elles pondent leurs oeufs dans des colonies de pucerons. Leurs larves sans t^tes ni pattes distinctes mais possédant une longue queue, se nourrissent des pucerons.

Ce petit syrphe se présente donc comme une aide précieuse et reconnue à l'agriculture (la larve détruit les pucerons, l'adulte assure la pollinisation. ) Les agriculteurs peuvent effectuer des lâchers de larves (1 à 2 par m2, deux fois, à 15 jour d'intervalle! cela est bien étudié) si la nature ne les a pas fournies gratuitement. ...



Syrphus ribesii

Syrphe

Vous la trouverez d'avril à novembre, souvent en essaim.

Comme c'est le cas pour beaucoup certains syrphidae, sa larve se nourrit de pucerons ce qui en fait un allié du jardinier!



Valid XHTML 1.0Strict Valid CSS

AccueilPage précédenteHaut de pagePage suivante